Interview VIII : Josiane Perron

30 mai 2012  |  HISTOIRE DE MODE, Interviews
josiane-home

Cette semaine je voulais vous parler de Josiane Perron, une jeune designer québécoise qui invente ses collections au grès de ses inspirations néo-vintage. J’ai fait sa connaissance lors d’une soirée et j’ai découvert ses créations, le détail des cols, j’ai été séduite par les tons naturels, bref je me voyais déjà dans cette petite veste beige.

Parle nous de ton parcours, de ta première expérience ?

Je suis diplômée du collège LaSalle. Ensuite, je suis allée à l’université pour acquérir des notions de gestion, de comptabilité et de marketing. Au collège LaSalle, j’ai appris à coudre, à faire des moulages et de la gradation alors qu’à l’université, j’ai davantage appris à être gestionnaire.
Ma première expérience fut pendant mes études pour la compagnie de maillots Baltex. Je travaillais à la coupe dans le département d’échantillons.

A la fin de tes études quels étaient tes projets ?

Je savais que je voulais créer ma propre ligne, mais j’avais besoin de prendre un peu de temps pour moi avant de me lancer. J’étais consciente du fait que, quand on est entrepreneur, on a moins le temps de profiter de la vie. Je souhaitais aussi acquérir de l’expérience.

Comment as-tu acquis cette l’expérience ?

J’ai été assistante-designer à l’atelier-boutique de Do sur Saint Denis. J’ai été engagé pour faire de la couture, des patrons et plus particulièrement de la coupe. A l’époque, j’étais moi même intéressée pour ouvrir une boutique-atelier puis j’ai changé d’avis puisque aujourd’hui, je vends aux boutiques, ce qui est totalement différent.

Ou peut-on trouver la collection Josiane Perron ?

Dans plusieurs points de ventes à travers le Canada notamment à Montréal chez Unicorn, l’Arterie, Maillagogo, Les coureurs de jupons.
Je participe également à des salons, des évènements, cela me donne l’occasion de rencontrer mes clientes, ce que j’aime beaucoup car cela est plutôt rare.
À noter, mon prochain évènement sera Les Puces POP les 9 et 10 juin prochain. Cela me donne l’occasion privilégiée de rencontrer mes clientes.

Qu’est ce que tes clientes apprécient lorsqu’elles portent tes vêtements ?

Elles aiment que mes vêtements soient faciles à agencer, adéquats pour diverses occasions, cela reste simple avec un petit détail qui retient leur attention. Personnellement, lorsque j’achète une création de designer à un certain prix, je ne veux pas la porter juste une fois, je veux vraiment l’user.

J’ai remarqué que tu aimais jouer en réalisant des cols ?

C’est vrai, c’est toujours un défi de réaliser un vêtement pour qu’il sorte de l’ordinaire tout en étant facile à porter et à un prix accessible. Je ne vais pas me lancer dans des choses trop extravagantes. J’aime le détail tout en conservant une certaine simplicité. Travailler le col ou l’encolure me permet alors d’obtenir ce résultat.

Comment procèdes-tu pour créer un modèle ?

Habituellement je dessine un croquis, en me laissant une certaine marge de manoeuvre, parfois je veux un imprimé mais je ne sais pas exactement lequel. Par conséquent, le modèle de base peut évoluer en fonction de l’imprimé que je vais choisir. Parfois j’ai déjà ma palette de couleurs en tête mais je ne trouve rien en rapport donc je suis obligée de m’adapter en fonction des tissus. J’ai un croquis pour chaque modèle de vêtement.

Toute ta production est réalisée au Canada ?

Ma production est entièrement réalisée à Montréal. C’est pour cette raison que je ne peux pas afficher des prix plus bas, le fait de produire à Montréal revient plus cher que de faire produire à l’étranger et par conséquence le prix est plus élevé. En tant que designer, j’ai des coûts de production plus élevés qu’une grosse entreprise montréalaise qui va produire en plus grande quantité.

As-tu déjà entendu parlé de Swap Team et du principe d’échange de vêtements ?

Oui, d’ailleurs j’ai déjà participé à un de leurs évènements et j’adore le principe.Cela fait une dizaine d’années que je fais des échanges de vêtements avec mes amies. Le principe est simple : chacune amène des vêtements, des bijoux, des produits, toutes sortes de choses, on présente toutes ce qu’on a et chacune choisit ce qu’il lui plaît.

Au début, je me disais que c’était un bon moyen de faire du tri dans ma garde-robe, mais c’est faux, je me retrouve avec autant de vêtements qu’avant!! Avec les échanges de linge qui renouvellent ma penderie, je ne fais plus vraiment les magasins. Je préfère compléter ma garde-robe en achetant quelaues pièces de designers de temps en temps.

Pour terminer, en trois mots comment décrirais-tu ton style ?

Je dirais : simplicité, polyvalence et détail.
Tout cela avec une petite touche de vintage réinterprété à la mode actuelle.

Voici un petit aperçu de sa collection printemps-été 2012.

Voici la veste que j’aime particulièrement

Merci Josiane, je pense que je vais m’y mettre moi aussi à l’échange de vêtements, bon pour l’instant je n’ai pas grand chose à échanger étant donné qu’avant de débarquer au Canada, j’ai fait un tri considérable de ma penderie où j’ai quand même dégagé trois sacs énormes…

Là, je suis plutôt dans la phase : reconstitution d’une garde-robe digne de ce nom avec un budget super serré, ahh ce n’est pas facile tous les jours la vie…

Leave a Reply

Comment moderation is enabled, no need to resubmit any comments posted.