A.F Vandevorst

09 mai 2012  |  Découvertes, HISTOIRE DE MODE
A.F-Home

Je vous ai brièvement parlé de ce célèbre duo de créateurs flamands lorsque j’ai évoqué la soirée d’ouverture officielle de la boutique haut-de-gamme Quai 417 dans le Vieux-Montréal. Je me devais de vous raconter cette succès story car leurs créations sont juste époustouflantes!!!
Let’s go…

L’histoire d’une rencontre

1987

An Vandeborst et Filip Atricks se rencontrent à l’Académie Royale des Beaux Arts d’Anvers. Après l’obtention de leurs diplômes en 1991, ils perfectionnent leurs compétences : An travaille pour Dries Van Noten pendant que Filip fait ses débuts comme assistant chez Dirk Bikkembergs puis designer indépendant pour plusieurs marques.

1998

Ils se retrouvent pour fonder leur société Blixa, présentent leur premier défilé de prêt-à-porter à Paris sous le label A.F. Vandevorst et remportent le prix « Vénus de la mode » du Futur Grand créateur.

Cette collection est inspirée par Joseph Beuys, artiste allemand qui vécu de 1921 à 1986. Le couple s’intéresse à un épisode particulier de la vie de Joseph Beuys : lorsqu’il est enrôlé dans la guerre comme pilote, son avion se fait abattre en Crimée, grièvement blessé, il est alors recueilli par le peuple nomade des Tatares qui l’enveloppent dans d’épaisses couvertures en feutre et le couvrent de graisse pour le soigner. On peut se demander si cet épisode a un lien avec le logo de la marque qui est une croix rouge. A noter que l’univers Vandevorst est fortement inspiré par le milieu hospitalier.

En plus de présenter deux collections par an, le couple travaille en permanence sur des projets extérieurs ainsi que des collaborations :

1999 – 2000

Signature d’une collection unique pour Ruffo Research Italy.
Ruffo a été fondé en 1966 par l’italien Ruffo Corsi en Toscane. Pendant plus de 30 ans, Ruffo a réalisé des luxueux vêtements en cuir . Beaucoup de designers ont travaillé chez Ruffo : Véronique Branquinho, Raf Simons, Haider Ackerman… En 1998, Ruffo Research voit le jour, c’est un atelier de mode où l’on expérimente différentes techniques pour travailler le cuir.

2000

Réalisation des costumes de théâtre pour la pièce « Alice in Bed » de Susan Sontag et ceux de l’Opéra Néerlendais « The Makropoulos case ». Pour cet opéra les costumes du duo flamand font sensation allant d’un style plutôt conventionnel à un style grec antique.

Costumes réalisés par le duo Vandevorst pour la pièce de théâtre  » Alice in bed  »

2003

Lancement d’une ligne de chaussures pour femmes qu’ils nomment « Fetish » ainsi qu’une ligne d’accessoires.

2004

Elaboration d’une collection homme-femme pour la maison Allegri.
Allegri est une marque italienne fondée dans les années 60. La spécificité de cette marque est l’utilisation de tissu imperméable pour confectionner des vêtements de pluie, des blousons, des parkas. Quelques grands créateurs ont collaboré avec cette marque : Giorgio Armani, Roméo Gigli, Marithé et François GIirbaud, Martin Margiela ou encore Viktor & Rolf.

2006

Lancement d’une ligne de lingerie féminine appelée « Nightfall ». J’aime beaucoup la mise en scène des photos qui peut être interprétée de bien des manières, tout dépend de notre sensibilité à l’art visuel.

2010

Introduction d’une deuxième ligne intitulée « A Friend ». Cette nouvelle ligne leur a été suggéré par leurs amis dans le but de proposer une collection à des prix plus abordables. Pour confectionner cette ligne, le couple utilise différents types de laine et de jersey.

Après ce bref historique d’A.F. Vandevorst, je vais vous parler de leur exposition itinérante intitulé « The Smallest Travelling Store In The World ».

Suite au concept de boutique éphémère « Guerilla Store AKTION », crée en 2009 à Anvers, A.F. Vandevorst a imaginé un nouveau concept pour présenter son univers. Un univers qui tourne autour du mobilier hospitalier, des symboles médicaux et du respect de l’uniforme.

TSTSITW est une version minimaliste d’AKTION store à Anvers, cette installation illustre les codes visuels et les idées chères à la marque.

L’installation s’articule autour d’un lit d’hôpital. Le mobilier est composé d’un écran muni d’un miroir fixé au lit, d’un portant de vêtements, d’une armoire, d’une lampe de dentiste vintage, d’un petit cabinet et d’une télévision qui retransmet le défilé des créateurs.

L’installation a débuté en 2010 à Londres, avant cela elle était aux Pays-Bas, puis à New York, elle se trouve actuellement au Quai 417 à Montréal.

Pour concevoir leur collection printemps – été 2012, le duo s’est inspiré de leur dernier voyage au Kenya où ils ont rencontrés des adolescents guerriers issus de différentes tribus.

En voyant ce défilé, ressort un côté sauvage qui se dégage de ces parures, quant aux chaussures, elle me font penser à Xena la guerrière – pas top la référence mais que voulez-vous… Avec ces casques, on croirait presque que ces mannequins partent au front sans sourciller. J’aime cet aspect chez Vandevorst, de rendre la femme forte, brutale, avec une beauté naturelle, sans exagération au niveau du maquillage, avec une démarche assurée rendu possible par le manque de talons vertigineux. Le regard fixé droit devant, la tête haute, avec leurs casques militaires, des femmes déterminées telles des amazones qui n’ont peur de rien, voilà ce qui émane de cette collection.

Le détail qui tue : une pièce Vandevorst peut être portée de différentes façons. Cela est rendu possible grâce aux attaches que l’on peut modeler à notre guise. La façon de porter des pièces déterminera le style qu’on veut adopter : stricte et structuré ou au contraire très relax et cool.

Ce gilet kaki est mon coup de coeur pour cette collection, il faut dire qu’il est très bien porté aussi.

Leave a Reply

Comment moderation is enabled, no need to resubmit any comments posted.